L'effondrement de la droite nous dévoilerait-il ses aspects les plus déplorables?

Publié le par Renaud

undefined

 


La liste UMP-Modem a-t-elle décidée de mobiliser elle-même les abstentionnistes... contre elle? Le piètre score qu'elle a obtenu dimanche 9 semble en effet justifier toutes les magouilles policiticiennes les plus basses. Depuis quelques jours, on voit ainsi les propagandistes professionnels ou amateurs de l'UMP sur Cognac se rassembler en ordre de bataille autour de celui qui incarne le mieux leurs valeurs: libéralisme économique et paternalisme social.

 

Ainsi, la liste Mouhot-Belliot tente donc de mobiliser, non pas en se targuant d'un bilan (puisque ce bilan n'existe pas), non pas en essayant de convaincre sur un projet pour Cognac (puisque ce projet n'est comblé que par de longues phrases creuses n'engageant à rien), mais en stigmatisant ses adversaires. Pour ce faire, ce qui est l'arsenal des arguments électoraux de la droite depuis des décennies semble de nouveau être remis au goût du jour. Ainsi d'un supposé péril communiste (« est-ce un gage d'avenir pour notre ville d'avoir des communistes en tant qu'adjoints? »), d'une attaque contre « l'extrémisme » de la liste PS/PC/Verts. Enfin, l'UMP d'attaquer sur le vote des gens du voyages: « Je pose une question: dimanche, on n'a jamais vu autant de gens du voyage aller voter ».

 

Certains journalistes ont pu écrire que, par ces basses maoeuvres, la liste de droite tentait de politiser le débat. Il faut vite nuancer tout cela: utiliser la peur ne saurait être considéré comme un argument politique, du moins pour tous ceux qui savent que le débat politique ne peut pas, ne doit pas tolérer d'être dirigé par des affects au détriment d'une réflexion rationelle.

 

Or, ce que nous sert de nouveau la liste de Mouhot ces derniers jours, ce sont les peurs employées par les droites depuis plus d'un demi siècle. Ces peurs, qui n'ont pour seul objectif que de stigmatiser, indistinctement, ses ennemis politiques, telle ou telle catégorie sociale, religieuse, ethnique, ou autre, ne sauraient fonder un réel projet politique.

 

De manière étrange, cette droite cognaçaise qui monopolise la municipalité depuis plus d'un demi-siècle, est devenue ces jours-ci la preuve éclatante que la droite française actuelle n'a pas connu de profondes évolutions idéologiques depuis les années 40 (sur ce point précis du moins). L'utilisation de la peur était en effet le fondement du pouvoir pétainiste, cette peur poussait le peuple à se chercher une figure de père, une figure qui faisait office de protecteur face aux objets de ses peurs. Ce sont d'ailleurs ces peurs qui ont habilement été convoquées par N.Sarkozy en 2007, au cours de la campagne présidentielle (peur de l'étranger, peur du jeune, peur du délinquant, etc).

 

Rappelons encore une fois que « la peur n'a jamais d'autre avenir que la terreur »...

 

Pourtant, quoiqu'il cherche à faire croire, nous restons convaincus que Mouhot ne pourra tenir en aucune manière la comparaison avec la figure de « père protecteur » auprès des cognaçais. Non pas que l'actuel maire de Cognac soit moins libéral ni moins réactionnaire que son collègue, mais bien qu'il serait relativement insensé que des cognaçais-e-s puissent identifier en Mouhot la figure d'un protecteur, tant il est vrai que le leader de la liste UMP ose à peine s'aventurer dans sa propre ville, ni n'ose accepter de trop rencontrer ses concitoyens...

 

Il n'en demeure pas moins que l'on doit, une fois n'est pas coutûme, poser la question de savoir pour qui cette liste UMP-Modem oeuvre réellement... Puisqu'il est clair que cette liste ne travaille pas pour les cognaçais-e-s lorsqu'elle s'attaque à l'ensemble des sympathisants des idées de gauche ainsi qu'aux gens du voyage. Une seconde piste explicative doit donc être envisagée: n'y aurait-il pas quelques raisons de voir dans cette volonté d'incarner un néo-paternalisme des antécédents historiques dans la ville de Cognac? Et ces « antécédents historiques » font-ils réellement parti, pour tout le monde, du passé de la ville? Si, pour nous, la réponse se devrait d'être positive, nul doute que chacun ne sera pas du même avis. Il fait peu de doutes que les tenants d'un néo-paternalisme restent étroitement liés à leurs prédécesseurs en la matière...

 

Pour terminer, face à la déferlante de mauvaise foi et de refus de tenir des argumentations politiques, face à la volonté de diviser les cognaçais que nous assène la droite ces derniers jours, quiconque est soucieux de préserver la sérénité du débat politique ne pourra que difficilement être cohérent avec lui même en votant pour la liste Mouhot.

 

La droite sombre à Cognac, nous livrant au passages ses reliquats les plus pitoyables. La droite se discrédite d'elle même sans que nous ayons besoin de rajouter un seul mot, mais il est grand temps qu'elle s'effondre. Alors espérons que les abstentionnistes se déplacent dimanche prochain, et que cette chute de la droite se traduira par une gifle électorale aussi puissante que sont la mauvaise foi et la démagogie employées par la liste UMP-Modem.

Publié dans Municipales 2008

Commenter cet article